50 morts et plus de 1 000 blessés en une semaine: Tragique routine de la route qui tue

Le bilan est tout simplement glaçant. Dans la semaine du 9 au 15 avril, cinquante personnes ont perdu la vie dans des accidents, selon un bilan établi, hier, par les services de la Protection civile.

Une hausse exponentielle des accidents de la route est constatée, notamment dans les grandes villes à travers le territoire national, engendrant ainsi des dégâts matériels et humains. Le bilan de la Protection civile témoigne de l’hécatombe provoquée par la violence routière. Cinquante morts en une semaine, sans compter le nombre de blessés qui s’élève à 1 202 personnes sur un total de 1 107 accidents. C’est la wilaya de Bouira qui enregistre le bilan le plus lourd avec cinq personnes décédées et 50 autres blessées sur un total de 41 accidents de la route. La nouvelle loi sur la sécurité routière ainsi que le permis à point sont entrée en vigueur.

Le nouveau code de la route introduit plusieurs mesures visant à durcir les sanctions contre les délits routiers. Mais malgré cela, les routes continuent d’endeuiller les familles algériennes. Toutes les mesures de sensibilisation au respect du code de la route n’empêchent pas de compter chaque jour des accidents de la circulation ayant pour cause principale le facteur humain (manque de civisme, non-respect du code de la route, conduite en état d’ébriété, excès de vitesse,...), selon le constat des services de sécurité.

Le facteur humain est à l’origine de plus de 90% des accidents de la route, du fait des dépassements dangereux, de l’excès de vitesse et du non-respect du code de la route. En plus des accidents dus au fait d’utiliser le téléphone au volant, ou encore une vitesse excessive, il y a aussi ceux causés par des défaillances techniques et la vétusté des véhicules. Les mesures de prévention prises par les différents intervenants dans la sécurité routière et les modifications apportées au code de la route, avec le durcissement du contrôle technique, n’ont pas donné le résultats escomptés afin d’atténuer ce mal qui continue à faire des victimes.

En plus de coûter la vie à des milliers de personnes par an, les accidents de la route ont également un coût économique pour le pays estimé à 100 milliards DA/an en moyenne, sans compter les charges répercutées sur les compagnies d’assurance.

Le renforcement de la sécurité et de la prévention routière par la sensibilisation et l’installation d’un millier de radars sur les routes n’auront pas suffi. Les radars sont repérés par les conducteurs. Le principal défi réside dans le changement des mentalités et des comportements dans notre société. En plus de mesures techniques visant à maintenir la répression, il est vital d’inculquer la culture de la prudence routière dans les auto-écoles ainsi que les écoles pour que la prudence sur la route devienne un réflexe quotidien.

L.A.R.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      Arrêtez de polémiquer, il n'y a pas de quoi en faire tout un drame, la conjoncture actuelle est bien difficile, mais pas ...

    • hamer dit:

      M l'économiste a raté une occasion en or de se taire, on l'aurait sollicité pour un éventuel portefeui...

    Back to Top