Sécurité alimentaire: Avancée du désert, la grande menace

Dégradation des terres, ressources hydriques limitées, écosystème montagneux et steppique menacés par l'érosion éolienne et le surpâturage sont, entre autres, consé- quences dramatiques qu'engendre le phénomène de la désertification qui constitue le premier défi auquel l'Algérie est confrontée. S elon la direction géné- rale des forêts qui évoque la situation de ce phénomène en Algérie, l'Algérie est caractérisée par un climat, qui varie du type désertique au Sud au type médi- terranéen au Nord.

Les res- sources hydriques sont limitées et mal réparties en plus des par- ticularités géoclimatiques importantes marquées par trois éco- systèmes. Il s'agit de l'écosystè- me montagneux qui s'étale sur plus de 12 millions d'ha mena- cés par l'érosion hydrique, de l'écosystème steppique menacé par l'érosion éolienne et le sur- pâturage ainsi que l'écosystème saharien, lequel occupe 87% de la superficie totale du pays. Les pouvoirs publics ont recensé également 63 bassins versants situés en amont de retenues d'eau menacée par l'érosion hydrique, lesquels tota- lisent une superficie de 7 mil- lions d'ha.

Des études d'aména- gement ont concerné 45 bas- sins sur une superficie de 5,6 millions d'ha dont 1,5 million d'ha à traiter en priorité. Pour rappel, dans les années 1990, l'Algérie a réalisé une étude relati ve à l'actualisation de la carte de sensibilité à la désertification ayant touché 1 2 wilayas steppiques et ce, pour évaluer l'évolution du phéno- mène de la désertification durant la période allant de 1996 à 2010 et l'impact des programmes de protection et de réhabilitation engagés sur le terrain. Il ressort de cette étude une augmentation de 5% de la superficie peu ou pas sensibles à la désertification, une hausse de 6% de celle moyennement sensible, de plus de 4% des terres sen- sibles, une régression de 6,5% de la zone très sensible ainsi qu'une augmentation de moins de 1% pour la zone classée désertifiée.

Pour le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, la lutte contre la désertification doit être un combat national qui implique une mobilisation permanente et à tous les niveaux de décision. A l'occa- sion d'une rencontre organi- sée, en marge de la célébra- tion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification, le ministre a déclaré que la sécurité et l'indépendance ali- mentaire du pays sont tribu- taires, dans une large mesure, de notre capacité à vaincre l'avancée du désert et à pré- server nos terres.

Il a indiqué que la lutte contre la désertifi- cation doit être au cœur de notre combat pour notre indé- pendance alimentaire qui requiert, à ce titre, «une mobi- lisation constante et perma- nente d'acteurs issus de diffé- rents secteurs». «Notre victoi- re sur l'avancée du désert sera le prélude à une indépendance alimentaire vis-à-vis de l'exté- rieur et un pas de plus dans notre quête d'une sécurité ali- mentaire, garante d'un avenir sûr et prometteur pour les générations futures», sou- ligne-t-il, précisant que la pro- tection de nos ressources, tant hydrauliques, sylvicole ou agri- cole, est une responsabilité commune.

Le ministre de l'Agriculture insiste aussi sur la nécessité de mettre en place une stratégie bien défi- nie des objectifs de boisement et de valorisation du patrimoi- ne forestier national. Le ministre a sommé, d'ailleurs, les responsables du secteur des forêts à accélérer la procé- dure de création de forêts récréatives eu égard à l'impact de ces projets sur le plan des finances des collectivités, le bien-être du citoyen, mais éga- lement, la sauvegarde de ce patrimoine.

K.N.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • abdoul7460 dit:

      Vous balancez ce genre d'infos et rien ne semble remuer dans la sphère politique. Il n'y a rien à espérer de...

    Back to Top