Violent séisme sur l’île indonésienne de Java

Plus de 3.500 morts

Plus de 3.000 personnes sont mortes et des milliers blessées dans un violent tremblement de terre qui a frappé hier le sud de l’île indonésienne de Java. Cette catastrophe est la pire survenue dans l’archipel indonésien depuis le tsunami du 26 décembre 2004 qui avait fait 168.000 morts à Sumatra.

Le séisme s’est produit au sud de la grande ville universitaire de   Yogyakarta, une région densément peuplée située non loin du volcan Merapi   actuellement en pleine activité.
En plein coeur de Java, elle est aussi une zone touristique réputée pour   son palais du sultan, les temples hindouistes de Prambanan et le temple   bouddhiste de Borobudur, le plus grand du monde.     Une chercheuse française se trouvant à Yogyakarta a raconté à l’AFP avoir   entendu "un énorme grondement" suivi de longues scènes de panique provoquées   par les craintes de tsunami et d’éruption du Merapi.
"La maison était secouée, on avait l’impression que les murs ondulaient   comme du carton pâte. Cela a duré environ dix secondes. Quand on est sorti on a   vu au-dessus du volcan un panache plus important que les précédentes nuées", a   déclaré Pauline Texier, 24 ans. "Les gens criaient «tsunami, tsunami» et ils couraient pieds nus, (fuyaient) à vélo, à moto, en becak (vélotaxi). La panique a bien duré une   demi-heure à trois quarts d’heure", a-t-elle ajouté.     La secousse tellurique a atteint une magnitude de 6,2 sur l’échelle ouverte   de Richter selon l’observatoire de Hong Kong.     Elle s’est produite à 05h53 (22h53 GMT) et son épicentre a été localisé à 37,6 kilomètres au sud de Yogyakarta, a précisé l’agence indonésienne de sismologie.
Le bilan des morts devrait continuer à s’alourdir dans la nuit de samedi à   dimanche alors que de nombreux blessés attendaient de longues heures pour   recevoir des soins.     Des centaines d’entre eux, souffrant de membres cassés et le visage tuméfié, étaient étendus à même le carrelage des hôpitaux.     Les cadavres étaient enveloppés dans un simple drap en guise de linceul et   alignés dans des morgues improvisées.
La Croix-Rouge internationale a évalué à 200.000 le nombre de sinistrés   déplacés à la suite de la catastrophe. Dans la zone touchée les besoins humanitaires les plus urgents étaient des   poches de sang pour les transfusions et des équipes chirurgicales. En   s’écroulant les bâtiments ont provoqué traumatismes et fractures.     Un hall d’attente de l’aéroport de Yogyakarta s’est notamment effondré, prenant au piège au moins une personne. L’aéroport a été fermé.
Plus de 4.000 maisons se sont totalement ou partiellement écroulées,   surtout dans le district de Bantul (au sud de Yogyakarta).     Le chef de la police de Yogyakarta, Ari Purnomo, a indiqué que les   communications téléphoniques étaient coupées ou perturbées, ainsi que   l’alimentation électrique.
Au bord de l’océan Indien, à une trentaine de kilomhtres au sud de   Yogyakarta, des rumeurs de tsunami ont poussé des centaines de familles à   fuir.
Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono s’est rendu sur place. "La première priorité est de sauver des vies, de soigner les blessés", a-t-il   lancé.     Des réactions de compassion sont venues du monde entier, plus d’une dizaine   de pays proposant une aide, dont la Grande-Bretagne, la France et la Russie.     Des équipes spécialisées de l’Onu sont prêtes à apporter des secours   humanitaires, a annoncé le porte-parole du secrétaire général Kofi Annan.
Le président chinois Hu Jintao a adressé ses condoléances, tout comme le   pape Benoît XVI. Le Japon et la Norvège ont annoncé envoyer des équipes médicales, tandis   que l’Italie promettait un avion avec de l’aide d’urgence.     Les tremblements de terre et éruptions volcaniques sont fréquents en   Indonésie, un immense archipel formé de milliers d’îles et d’îlots situé sur la   "ceinture de feu" du Pacifique.

Condoléances du Président Bouteflika au Président Yudhoyond
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,  a adressé un message de condoléances au Président indonésien, M. Bambang Yudhoyond, à la suite du violent séisme qui a frappé hier, le sud de l’île indonésienne  de Java, faisant des milliers de victimes.
"C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai pris connaissance de la nouvelle du tremblement de terre qui vient de frapper votre pays, causant de nombreuses  pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels", écrit le Président  Bouteflika dans son message.
"En cette douloureuse circonstance, je voudrais, au nom du peuple  algérien, de son gouvernement et en mon nom personnel, vous présenter mes condoléances  les plus attristées et vous prier de bien vouloir vous faire l’interprète de  ma profonde compassion auprès des familles endeuillées", a ajouté le Chef de  l’Etat.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • abdoul7460 dit:

      quarante ans de surplace, et ça continue. A cause d'un égo surdimmensonné de nos nationnés nous laissons f...

    Back to Top