Révélation. Pendant 10 ans, le fils de Tebboune a voulu faire comme… Ali Haddad

Quand Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre, parle du “pouvoir de l’argent”, il sait très bien de quoi il parle. Et pour cause, dans sa propre famille, le business faisait partie de sa vie quotidienne. 

En effet, le très austère Premier ministre qui se targue d’avoir été toute sa vie un technocrate dévoué au service de l’Etat ne dit jamais aux Algériens que ses propres enfants étaient des hommes d’affaires influents lorsque, lui, occupait des fonctions de Walis dans plusieurs régions à travers le pays ou de ministres au sein du gouvernement. Ainsi, alors qu’aujourd’hui Tebboune diabolise les “oligarques” et hommes d’affaires, pendant pas moins de 10 ans son fils Tebboune Salah Eddine Ilyes tentait de devenir un autre “Ali Haddad” dans le secteur du BTP.

Effectivement, Salah Eddine Ilyes dirigeait et possédait entre 1999 et 2009 la Sarl Société de Grands Travaux, une entreprise de BTP qui a beaucoup travaillé au sud du pays. Lui-même né à Béchar en 1979 quand son père était wali de sa région, Salah Eddine Ilyes Tebboune, s’est lancé dans le business, comme par hasard, au moment où son père a pris le poste du ministre de la Culture et de la Communication en 1999. Le plus étrange demeure cette posture où le fils de Tebboune décroche encore et toujours des marchés dans le BTP au moment où papa se retrouve…. ministre de l’Habitat dans le gouvernement Benflis II entre 2001 et 2002.

Une situation de conflit d’intérêts qui ressemble étrangement à cette dérive du pouvoir de l’argent que combat en 2017 le même Abdelmadjid Tebboune. Or, ce dernier, a-t-il pris les dispositions nécessaires pour éviter de favoriser son fils face à ses concurrents dans le secteur de l’Habitat ? Pas si sûr.

En tout cas, Salah Eddine Ilyes est resté un homme d’affaires qui tentait de faire fortune dans le BTP jusqu’au 22 avril 2009 date à laquelle il arrête son aventure entrepreneuriale au moment où son père n’occupe plus aucune fonction officielle au sein du gouvernement. Le fils de Tebboune a essayé également de se frayer un chemin dans des secteur très pointus comme les travaux sous-marins. Mais la réussite n’était pas au rendez-vous. Toutefois, la tentation de l’argent a duré pendant pas moins de 10 ans. Tebboune est-il donc réellement sincère dans son combat contre le “pouvoir de l’argent” ?

Commentaires [1]

  1. sidizekri  - 13/08/2017 à 17:30

    Vous diffusez des informations factuelles fausses:
    1. Tebboune n'a jamais été Wali de Bechar
    2. Bechar n'est pas une région mais une wilaya
    3. En 79, Tebboune était SG de la Wilaya de Batna
    4. Et si le fils de Tebboune s'est lancé dans le BTP, vous dites qu'il n'a pas réussi.
    Comment osez-vous conclure qu'il l'a aidé ?
    Il l'a aidé à échouer ?

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • ossdz dit:

      Toutes ces initiatives sont bénéfiques et pour l'Etat récupérer des finances endormi par la mise. En vente ...

    • mouldi dit:

      Qu'est-ce qu'il possède au Liban? C'est rentable de ne parler que des autres, en particulier de ses ennemis, ré...

    Back to Top