Les commerçants annoncent déjà la couleur du ramadhan: Pas de nuit du doute pour la flambée des prix

Les prix ont considérablement augmenté. 400 DA pour le frik, essentiel à la réalisation de la chorba, 360 DA les pois chiches, 480 DA le poulet, les fruits et légumes et autres produits alimentaires sont intouchables en raison de leur prix trop élevé, avons-nous constaté dans plusieurs marchés de la capitale.

Contrairement aux promesses du ministre du Commerce, les commerçants n’ont pas attendu la nuit du doute pour augmenter les prix de leur marchandise. Malheureusement, cette cherté annonce déjà la couleur des prix qui vont être affichés durant le mois sacré. En effet, au marché  Clauzel, celui de Meissonier «Ferhat-Boussad», de Bab El Ouad, de Ain Benian ou même à Zeralda, les prix des fruits et légumes et surtout ceux des viandes ont considérablement augmenté et parfois doublé.

Les citoyens qui se sont rendus hier au marché de Meissonnier pour s’approvisionner en fruits et légumes et en viande et autres ingrédients nécessaires à la préparation des mets les plus consommés durant le ramadhan ont été surpris par la hausse soudaine et prématurée des prix. En effet, du côté des légumes, la pomme de terre est affiché à 70 DA le kilo, la tomate à 150 DA chez certains, tandis que d’autres l’exhibent a 170 DA. Les oignons, affichés à 65 Da il ya une semaine, sont a 85 DA le kilo aujourd’hui. La courgette qui était à 60 DA il y a quelques jours, a vu son prix doubler et s’affiche désormais à 120 DA.

Les carottes ainsi que le chou-fleur sont cédés entre 90 DA et 110 DA. La salade est à 180 DA le kilo. Même augmentation dans les prix de certains fruits, à l’image de la banane qui est proposée à 370 DA le kilo et les oranges à 190 DA. Quant à la fraise, elle est affichée à 150 DA chez certains commerçants et 200 DA chez d’autres. Le prix de la pomme locale a lui aussi été retouché, passant en quelques jours de 250 DA à 300 DA le kilo, l’abricot à 250 DA et les dattes très prisées par les Algériens durant le mois de ramadhan sont cédées à 600 DA.

De son côté, le frik , essentiel a la réalisation de la chorba, est proposé dans plusieurs marchés de la capitale à 400 DA, les pois chiches vont de 360 DA à 400 DA le kilo, la farine est à 70 DA. Les prix des olives ont légèrement augmenté et oscillent entre de 300 et 350 DA le kilo. Même constat du côté des prix des viandes, où la blanche est passée de 350 DA/kg, il y a tout juste une semaine, à 480 DA. La viande ovine locale est proposée à 1 450 DA et la viande bovine à 1 700 DA.

Une hausse des prix en porte-à-faux avec les déclarations officielles

Cette hausse des prix est injustifiable car le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a affirmé, samedi dernier à Alger, que les fruits et légumes seront disponibles en quantités suffisantes et à des prix raisonnables durant le mois de ramadhan, vu l’abondance du produit agricole cette saison et l’ouverture de 159 marchés de proximité à l’occasion.

En effet, lors d’une visite au marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus, le ministre a indiqué que «les produits sont disponibles en quantités suffisantes et une hausse des prix sera injustifiée en ce mois sacré», ajoutant que «les producteurs se sont engagés à assurer la marchandise à des prix raisonnables» et les inspecteurs du ministère du Commerce veilleront au respect de cet engagement sur le terrain.

Il a estimé, toutefois, que le consommateur demeurait le principal acteur sur le marché, insistant sur l’importance d’une consommation rationnelle, car la forte demande entraînera une hausse des prix. A l’occasion du ramadhan, 159 marchés de proximité ont été ouverts samedi à travers l’ensemble du territoire national, en plus des marchés traditionnels, a annoncé Djellab, précisant que la capitale comptait à elle seule 9 marchés, dont ceux du 1er-Mai, Bab el Oued, Birtouta, Ouled Fayet, Barraki, Bab Ezzouar et les Eucalyptus.

En plus de couvrir les besoins des citoyens à des prix raisonnables, les marchés inaugurés à quelques jours du mois sacré permettront d’alléger la charge sur les marchés traditionnels et contribueront à la baisse des prix, selon le ministre. Les prix des viandes rouges seront moindres au niveau de ces marchés de proximité que ceux proposés sur les autres marchés, a-t-il fait savoir, soulignant l’importation de plus de 50 000 tonnes de ce produit. 

Thinhinene Khouchi

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • reinformatrice dit:

      Bonjour Mes Amis Journalistes L’ASTRONOME ET MÉTÉOROLOGUE A FAIT PUBLIER EN DATE DU 19 FÉVRIER 2018 , DES NOU...

    • yasser2018 dit:

      Nos chers amis Journalistes Nous vous écrivons pour vous alerter sur le fait que L'Astronome et Mété...

    Back to Top