Si Ouyahia venait à quitter le RND

L’option Bensalah ?

Au lendemain de la tenue du bureau national du RND, qui s’est soldée par une déclaration aseptisée, que les militants du RND et les observateurs de la chose politique ont vite fait de décoder en “wait and see”, très peu d’informations ont filtré quant à l’objet de la rencontre des coordinations de wilaya prévue cette fin de semaine à Alger. L’ordre du jour de la rencontre est presque un “secret d’Etat” et ce, bien que ce rendez-vous ait été décidé en avril dernier lors du conseil national du parti d’Ahmed Ouyahia.

Un secrétaire général qui dit-on ne maîtrise plus grand-chose au sein de sa formation depuis qu’il n’est plus chef du gouvernement et qu’on le sait en disgrâce. Ces dernières quarantehuit heures, au RND, le secrétaire général fait mine de diriger le parti, ses partisans font semblant de faire bloc avec et autour de lui. Pourtant, ce sont ceux-là mêmes qui tentent de situer “la direction du vent” pour se positionner. Et ce n’est pas fortuitement que le nom de Abdelkader Bensalah est depuis quelques jours avancé pour la succession d’Ahmed Ouyahia à la tête du parti de feu Benhamouda. Jusque-là “confiné” dans certains cercles,le nom du président du Sénat a été, ces dernières 24 heures, évoqué dans plusieurs coordinations de wilaya, d’est en ouest. Le travail en coulisses pour “l’intronisation” de l’élu RND de la ville d’Oran serait en voie de finalisation, a-t-on appris de source proche du RND. Le sort de l’actuel SG du parti est scellé. Notre source dit tout ignorer du scénario retenu pour le passage du témoin entre l’ex-chef du gouvernement et l’actuel président du Sénat. Pour elle, le début de la fin d’Ahmed Ouyahia à la tête du parti pourrait intervenir dès ce jeudi si les coordinateurs reçoivent l’instruction de lui donner son solde de tout compte. “C’est la seule possibilité, et c’est la plus plausible en l’état actuel des choses. Si le SG est lâché, il rendra le tablier parce que n’ayant pas les moyens de faire face à un mouvement de redressement”, explique un membre du bureau national qui reconnaît que sur le terrain, à la base le SG n’a aucun ancrage. D’ailleurs, il a reconnu lui-même cette faiblesse lors de la réunion du conseil. Pour rappel, Ahmed Ouyahia avait fait adopter par le dernier congrès du RND des statuts sur mesure sacrifiant au passage le poste de président qui restait à pourvoir. En maître des céans, Ahmed Ouyahia ira de purge en purge au sein de ce parti qui se voulait “rassembleur”. Les cadres frondeurs, proches du prédécesseur d’Ouyahia, Tahar Benbaïbèche, du général Betchine et de Mokdad Sifi sont poussés vers la sortie. Ceux qui restent sont astreints à une ligne de conduite puisque le règlement intérieur du RND interdit aux militants de s’exprimer en dehors des structures du parti. Le RND serait en train de vivre sa troisième crise. La première avait coûté son poste de secrétaire général à M. Bensalah qui avait perdu son bras de fer avec les députés. La reprise en main du RND, par l’actuel président du Sénat, qui avait quitté le FLN pour le RND, si elle venait à se préciser, confirmera la logique du “tout Ouest”. Comme pour Belkhadem, qui dirige le gouvernement et le FLN, Bensalah aurait à présider aux destinées du Sénat et du RND. Ainsi et dans un premier temps, l’alliance présidentielle serait sauvegardée.

Hanni Mostgahnemi

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • belkacem dit:

      J'encourage l'équipe d'aller toujours de l'avant.Bonne continuation....

    • hamer dit:

      C'est la seule façon de bloquer la montée des Salafistes Wahabistes qui se sont accaparé des mosquées en A...

    Back to Top