Les Emirats arabes unis ont investi 40 milliards de dollars en Algérie

Les investissements des Emirats arabes unis, en Algérie, ont atteint les 40 milliards de dollars, a indiqué le ministre de l’Economie, le Sultan Bin Saeed Al Mansouri, en marge des travaux de la 7ème session de la commission mixte algéro-émiratie, tenue mercredi et jeudi, à Abou Dhabi, en présence du ministre des Finances algérien, Karim Djoudi.

Les investissements des Emirats arabes unis, en Algérie, ont atteint les 40 milliards de dollars, a indiqué le ministre de l’Economie, le Sultan Bin Saeed Al Mansouri, en marge des travaux de la 7ème session de la commission mixte algéro-émiratie, tenue mercredi et jeudi, à Abou Dhabi, en présence du ministre des Finances algérien, Karim Djoudi.

Ces investissements ont été consentis dans divers secteurs, a-t-il signalé. «On espère que la confiance des investisseurs en l’Algérie restera stable», a-t-il souligné, en faisant allusion aux dernières mesures décidées par le gouvernement algérien pour réguler les investissements directs étrangers.

«Nous espérons pouvoir obtenir une réglementation et des législations qui soient favorables au climat des investissements en Algérie», a-t-il encore signifié. M. Al Mansouri fera remarquer, dans ce sillage, que les échanges commerciaux entre l’Algérie et ce pays du Golfe progressent très lentement avec une hausse de 7% enregistrée ces cinq dernières années.

Durant l'année 2008, les exportations algériennes vers les EAU ont atteint 83 millions de dollars contre des importations de 56 millions de dollars. Les deux pays œuvrent pour améliorer davantage ces échanges.

Les Emirats arabes unis qui sortent difficilement d’une récession induite par la crise financière et économique internationale, veulent renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays, a assuré de son côté Shaikha Lubna Bint Khalid Al Qasimi, ministre du Commerce extérieur des EAU. Mme.

Al Qasimi n’a pas manqué d’interpeller M. Djoudi sur les problèmes que rencontrent les entreprises émiraties présentes en Algérie sans préciser lesquels. Les opérateurs économiques de son pays sont intéressés par les secteurs du commerce, de l’industrie, de l’agriculture et du tourisme, a-t-elle noté.

L’Algérie, pour sa part, espère bénéficier de l’expertise émiratie pour promouvoir le secteur privé à travers des contrats de joint-venture, a confié le ministre des Finances, Karim Djoudi, qui a apporté des clarifications concernant les dernières mesures concernant les investissements initiés par le gouvernement algérien. Lors de cette réunion, plusieurs accords ont été signés.

Les deux parties ont entériné les «textes juridiques portant sur la création d'un conseil d'hommes d'affaires et la coopération dans les domaines des archives, du social, de la normalisation, de la formation et l'enseignement professionnel, de la promotion des exportations et de l'éducation».

Les deux pays ont relancé, à cette occasion, l'idée de la création d'un fonds d'investissement émirati en Algérie pour financer des projets émiratis.

Yasmine Idjer

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • abdoul7460 dit:

      quarante ans de surplace, et ça continue. A cause d'un égo surdimmensonné de nos nationnés nous laissons f...

    Back to Top