Le Président a convoqué jeudi le corps électoral

Les élections locales auront lieu le 29 novembre

Les élections locales pour le renouvellement des Assemblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW) auront lieu le 29 novembre, a annoncé jeudi le ministère de l’Intérieur.

Conformément aux dispositions de la Constitution et à celles du régime électoral, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a signé jeudi le décret portant convocation du corps électoral pour l’élection des membres des Assemblées populaires communales et de wilaya le jeudi 29 novembre 2007.
«Dans ce cadre, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, et en vertu des dispositions de l’ordonnance N° 97-07 du 6 mars 1997 modifiée et complétée, portant loi organique relative au régime électoral, porte à la connaissance des citoyens et citoyennes qu’une période de révision exceptionnelle des listes électorales sera ouverte du lundi 3 septembre au mercredi 12 du même mois», ajoute le communiqué.

A cet effet, le ministère invite tous les citoyens et citoyennes non inscrits sur les listes électorales, âgés de 18 ans au 29 novembre 2007 à solliciter leur inscription auprès de leur commune de résidence. «Les électeurs et électrices ayant changé de résidence sont également invités à demander leur radiation de la liste électorale de leur ancienne commune de résidence et leur inscription sur la liste électorale de leur nouvelle commune de résidence», conclut le communiqué de l’intérieur.
A noter que ces élections devaient se tenir au plus tard au début du mois d’octobre. Face aux réticences de la classe politique quant au timing qui coïncidait avec la rentrée sociale et le mois de ramadhan et à la crainte d’un boycott plus large que celui des législatives du 17 mai dernier, le gouvernement a décidé le report de ces élections locales.

Nourredine Yazid Zerhouni, ministre d’Etat ministre de l’Intérieur, a présenté le 11 juillet dernier devant l’Assemblée populaire nationale (APN), le projet de loi portant report des élections locales ainsi que le projet d’amendement du code électoral qui, selon lui, permettrait de préserver les mœurs politiques du marchandage des listes qui a marqué les dernières législatives.

Lors de sa présentation à l’Assemblée, M. Zerhouni a expliqué le bien-fondé de l’amendement du code électoral qui permettra, selon lui, de corriger certaines «insuffisances et dérives» relevées depuis 1997. «Nous avons observé de nouveaux types de spéculations financières qui ne sont rien d’autre que des manipulations spéculatives frauduleuses et immorales : cette ‘’beznassa’’ des listes électorales ou des classements dans les listes souvent alimentée par l’argent sale a pollué notre environnement politique d’une manière inacceptable. Force est de constater que certains partis, bien que légalement constitués ou mis en conformité, mais n’ayant plus de base militante, se sont livrés sans vergogne à de telles manipulation», a affirmé Zerhouni lors de son intervention devant les députés.

Le ministre a expliqué le système de «parrainage» et le «taux obligatoire» qui sera imposé aux partis politiques et aux candidats indépendants. Ainsi, ne pourront solliciter le suffrage des électeurs que «les candidats ayant un ancrage et une assise significatifs dans la société». Zerhouni s’est néanmoins montré rassurant quant au sort des partis «sans assise».

Ceux-là ne feront l’objet d’aucune exclusion ni restriction dans leurs activités politiques mais seront soumis, lors des rendez-vous électoraux, à l’exigence d’un parrainage en faveur de leurs listes par au moins 5% des inscrits dans chacune des circonscriptions où ils présentent des candidats et ce, au même titre que les candidatures indépendantes. Ces amendements que l’on appliquera aux élections locales du 29 novembre prochain apporteront-elles un changement à la carte politique algérienne? Rien n’est moins sûr. Les résultats des différents scrutin depuis 1997 ont vu s’alterner au pouvoir le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), et rien ne porte à croire que ces élections du 29 novembre dérogeront à la règle établie depuis une décennie.

Pour rappel, les dernières élections locales ont été remportées par le Front de libération nationale (FLN, nationaliste) talonné par le Rassemblement national démocratique (RND). La Kabylie qui avait boycotté les locales du 10 octobre 2002 en Kabylie à l’appel du mouvement contestataire des archs, né suite aux émeutes sanglantes du printemps noir de 2001. En août 2005, le gouvernement a dissous les 130 APC et les deux assemblées de wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa. Des élections partielles ont été organisées le 28 novembre dans ces deux wilayas.

Avec une faible participation, la plupart des sièges ont été raflés par et le Front des forces socialistes (FFS), de Hocine Aït Ahmed et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) du Dr Saïd Sadi.

G. H.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • belkacem dit:

      J'encourage l'équipe d'aller toujours de l'avant.Bonne continuation....

    • hamer dit:

      C'est la seule façon de bloquer la montée des Salafistes Wahabistes qui se sont accaparé des mosquées en A...

    Back to Top