Rapport sur la compétitivité mondiale établi par le World Economic Forum

L’Algérie à la traîne

Selon l'édition 2012-2013 du Rapport sur la compétitivité mondiale établi par le World Economic Forum (WEF) et publié en septembre 2012, la Jordanie se hisse à la 64e place et enregistre une belle performance, notamment en matière d’innovation, pilier dans lequel le pays avance de 20 places par rapport au classement précédent.

Le Global Competitiveness Report dresse le bilan des performances économiques de 144 pays en se basant sur des données statistiques ainsi que sur une enquête réalisée auprès de 15 000 chefs d’entreprises.

L’indice de compétitivité est constitué de 100 indicateurs structurés en 12 piliers thématiques, tels que le cadre institutionnel, la qualité des infrastructures, l’enseignement supérieur et la formation, le développement du marché financier et l’innovation.

« Les performances des économies sud-méditerranéennes restent très contrastées » relève Amina Ziane-Cherif du réseau Anima.  Déclassé de quatre places, Israël (26e) conserve une position favorable et s’érige en tête de file des pays MED.

La Jordanie (64e), dont l’amélioration de l’accès au financement est soulignée par le rapport du WEF, gagne 7 places par rapport au classement 2011-2012, suivie du Maroc (70e) qui connaît un léger rebond et avance de 3 places. Peu de changement par contre pour le Liban qui recule de 2 positions et n’obtient que la 91e place.

Quant à l’Egypte (107e) et l’Algérie (110e), ces derniers accusent une baisse significative au classement en perdant respectivement 13 et 23 places. Par ailleurs, deux faits notables marquent cette édition 2012-2013 : absente du dernier classement, la Libye revient cette année à la 113e place, tandis que la Tunisie, habituellement leader de la compétitivité parmi les pays nord-africains (40e selon le classement 2011-2012), fait une absence remarquée due à un manque de clarté dans les données récoltés par le WEF.

Concernant le pilier « innovation », une des composantes du Global Competitiveness Index, Israël continue de dominer la tête du classement en décrochant la 3e place. Pour le reste des pays MED, seules la Turquie (55e) et la Jordanie (57e) poursuivent leur essor en matière d’innovation en gagnant respectivement 14 et 20 places.

Le Maroc (97e), qui bénéficiait d’une tendance ascendante au cours des trois dernières années, subit la bonne performance des autres économies et perd 17 places malgré l’obtention d’un score égal à celui de 2011-2012. Le constat est toutefois plus mitigé pour l’Egypte (109e), le Liban (119e) et l’Algérie (141e) qui restent à la traîne dans ce domaine.

En Europe, l’écart se creuse davantage entre le nord et le sud : 6 pays de l’Europe du Nord (la Suisse; la Finlande, la Suède, les Pays-Bas, l'Allemagne et le Royaume-Uni) figurent parmi les 8 économies les plus compétitives au monde, alors que l’Italie (42e), le Portugal (49e) et la Grèce (96e) sont au contraire en perte de vitesse.

La France (21e) occupe une position intermédiaire entre les deux groupes mais recule de 3 places, devancée par les Etats-Unis (7e), le Qatar (11e) et le Canada (14e). Les performances des BRICS sont également hétérogènes. La Chine (29e) se maintient à la tête des pays émergents malgré un léger recul de 3 places. Hormis le Brésil qui continue sa progression pour atteindre la 48e place, le reste du groupe subit une érosion dans le classement.

Ainsi, l'Afrique du Sud (52e), l'Inde (59e) et la Russie (67e) se voient supplantés par la Turquie (43e) qui enregistre un saut remarquable de 16 places. Dotée d’une croissance accélérée, l’Asie affiche globalement de bons résultats : Singapour (2e), Japon (10e) et Taiwan (13e) se maintiennent dans le top 20 du classement, suivis de la Corée du Sud qui caracole à la 19e position. La tendance s’inverse néanmoins pour la Malaisie (25e) et l’Indonésie (50e) qui perdent 4 places chacune.

Les pays d’Europe orientale gagnent du terrain, excepté la Biélorussie qui ne figure pas au classement. Ainsi, l’Azerbaïdjan (46e) se détache du lot en intégrant le top 50 suite à un rebond de 9 places. Grâce à une situation macro-économique plus saine, l’Ukraine (73e) réalise une progression similaire.

La Géorgie (77e), l’Arménie (82e) et la Moldavie (87e) s’éloignent davantage de la barre des 100 en avançant respectivement de 11, 10 et 6 places. L’Amérique latine bénéficie d’une croissance constante mais fait face à plusieurs défis en termes de compétitivité, tels que la qualité des infrastructures et l’innovation.

Malgré un recul de 2 positions, le Chili (33e) demeure l’économie la plus compétitive de la région. Plus offensif, le Panama (40e) avance de 9 places, suivi du Mexique (53e) qui consolide la tendance positive de son classement 2011-2012. En revanche, l’Uruguay (74e) et l’Argentine (94e) affichent le plus fort recul de la région en perdant 11 et 10 places respectivement, mais parviennent à se maintenir dans le top 100.

A. s.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • algerien75 dit:

      Bonjour, Fervent fan de l'Emission heddaf TV, je trouve scandaleux les interventions d'Ali Bencheikh à qui j'avais ...

    • ami dit:

      J'ai de l'estime pour le journal Liberté (pour son histoire surtout). Cependant, cet article n'est pas du journalisme....

    Back to Top