La violence gagne du terrain: Graves incidents à Saïda

Assurément , il ne suffit plus de dénoncer les in cidents et les graves dépassements qui avilissent sérieusement le visage d’un sport qu’on dit roi . Tous les médias ont fait état des récents incidents ayant marqués la compétition nationale.

Cette fois , les frontières de l’intolérable ont été franchies. Faut-il qu’il y ait mort d’homme pour que les structures concernées réagissent avec la plus grande vigueur ? A ce rythme où réside le football national , si cette situation venait à persister, il serait tout simplement un patient en sursis.

Est-il normal qu’une équipe soit prise à partie dès son arrivée au stade par ceux qui sont censés la protéger ? Faut-il oublier les intimidations dont sont victimes les arbitres ? Comment de tels déchaînements sont-ils possibles? D’abord , le mauvais classement des clubs locaux demeure le paramètre numéro un, car il conditionne le comportement des supporters. Ensuite , la responsabilité des dirigeants est entièrement engagée à cause de leurs déclarations tapageuses. Pour eux, «c’est vaincre ou mourir ! »

Comment les fans seraient-ils prêts à tout pour que leur équipe gagne , même de la façon la plus illégale qui soit ? En conséquence , toutes les structures du football sont interpellées pour prendre en extrême urgence, les mesures adéquates. La FAF doit procéder au changement des règlements, et plus particulièrement ceux du code disciplinaire. Car la sanction du huis clos, au regard de la gravité des incidents, est devenue caduque, et on dira même qu’elle «arrange » les fauteurs de troubles.

La logique voudrait que tout club fautif soit rétrogradé d’office en division inférieure, et même de deux paliers s’il est déjà relégué sportivement. Les sociologues ont évoqué les maux de société qui seraient à l’origine du comportement dévastateur des supporters. Ceci ne nous empêche pas de citer l’exemple anglais.

En Angleterre, en effet, le fléau des holligans a été réglé par des mesures appropriées collectives et individuelles. Qui empêche les structures de notre football de suivre cet exemple même si les moyens ne sont pas encore réunis ? Il y a un début à tout et il est indispensable de frapper fort, dès maintenant, avant que le mal ne prenne plus d’ampleur. Parallèlement , il faudrait entamer des campagnes de sensibilisation et convaincre les supporters que leurs débordements nuisent d’abord et surtout à leur club favori.

Dans les pays européens, les véritables supporters ont un comportement civilisé et admettent les revers de leur équipe. Qu’ont-ils de plus que les fans algériens ? Plus d’intelligence ? Plus de sagesse ? Plus d’objectivité ? Sans doute un panel de toutes ces vertus. Mais rien n’est définitif, il faudrait bien s’atteler à cet immense chantier de la violence, si l’on veut sauver le football en particulier et le sport en général.

Graves incidents à Saida

Le défenseur de l’USM Alger, Abdelkader Laifaoui et le dirigeant, Abdallah Cherchar, victimes d’agressions en fin de match de leur équipe face au MC Saida samedi, sont toujours en observation à l’hôpital Mustapha Bacha (Alger), a t-on appris hier auprès du vice-président du club algérois, Rebbouh Haddad. «Laifaoui a reçu un coup de couteau au niveau des côtes, nécessitant plusieurs points de suture, alors que Cherchar souffre d’une fracture au niveau du nez.

Ils sont tous les deux gardés en observation à l’hôpital», a indiqué le responsable usmiste. Six joueurs et un dirigeant de l’USM Alger ont été blessés dans des actes de violence, qui ont éclaté samedi en fin d’après-midi à Saida à l’issue de la rencontre ayant opposé l’équipe algéroise au mouloudia local, pour le compte de la 25ème journée du championnat de ligue 1 professionnelle de football (1-1).

En effet, en plus de Laifaoui et le dirigeant Cherchar, les joueurs Hamiti, Chafai, Bouchemma, Maiga, et le gardien Zemmamouche ont reçu des coups à l’arme blanche, ce qui a nécessité leur transfert au service des urgences de l’hôpital «Ahmed Medaghri» de Saida. «Heureusement et mis à part Laifaoui et Cherchar, les autres sont tous rentrés chez eux.

Dieu merci, leurs blessures sont sans gravité», a affirmé encore le vice-président du club de Soustara. Haddad a tenu, en outre, à «condamner» fermement ces actes de violence, informant que la direction de l’USMA a envoyé des correspondances aux instances footballistiques algériennes pour que «chacun assume ses responsabilités».

«La violence dans nos stades commence à prendre des proportions graves. Ce qui s’est passé à Saida nous pousse à tirer la sonnette d’alarme. Certaines parties veulent tout faire pour que l’expérience professionnelle en Algérie soit vouée à l’échec», a t-il accusé.

Adjal.L


Affaire MCS-USMA: Le commissaire du match auditionné aujourd’hui

Le commissaire du match de la rencontre MC Saida- USM Alger sera auditionné aujourd’hui par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel.

Il doit présenter un rapport exhaustif sur les incidents qui se sont produits lors de cette rencontre. Une joute ayant connu des évènements douloureux sans précédents, puisqu’il y a eu lynchage de personnes. Le commissaire du match est le président de la Ligue de wilaya de Ain Témouchent, M. El Hachemi. A la LFP, on indique que la commission de discipline doit auditionner l’ensemble des parties et se baser aussi sur les rapports des services de sécurité, avant de prendre les décisions qui s’imposent.

A la LFP, on précise aussi que tout le temps est accordé à la commission, d’autant plus qu’il n’y aura pas de journée de championnat ce weekend. Pour rappel, des armes blanches ont été utilisées à la fin de la rencontre, lorsque des supporters avaient envahi le terrain afin de protester contre le résultat du match. Le MCS menait au score et c’est dans le temps additionnel (90’+6) que l’équipe algéroise avait égalisé. L’arbitre du match avait comptabilisé huit minutes de temps additionnel.

A l’envahissement du terrain, en plus des supporters de l’USMA qui ont été agressés, des joueurs de la même formation ont été gravement blessés de même que le secrétaire général du club, Abdallah Cherchar. La délégation de l’USMA n’avait pu quitter les vestiaires qu’à une heure tardive de la nuit. Les autorités de la wilaya de Saida, à leur tête le wali, avaient rendu visite à l’équipe et avaient tenu à assurer sa sécurité.

Lors de sa dernière réunion, le bureau fédéral s’était engagé à combattre la violence et à prendre des sanctions sévères. Par ailleurs, un projet de texte de loi est au niveau de la chefferie du gouvernement pour prendre des mesures à même de juguler la violence, notamment l’interdiction d’accès au stade aux supporters arrêtés en flagrant délit.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • habibazemoura dit:

      Merci pour m avoir laisser acceder a vos quotidiens mon journal prefere c est el acil...

    • reinformatrice dit:

      Bonjour Mes Amis Journalistes L’ASTRONOME ET MÉTÉOROLOGUE A FAIT PUBLIER EN DATE DU 19 FÉVRIER 2018 , DES NOU...

    Back to Top