La grève des lycées entame sa deuxième seaine à Blida : Les élèves se disent être «pris en otages ! »

La majorité des lycées dans la wilaya de Blida bouclent leur deuxième semaine de grève, du moins jusqu’à la journée hier. Même étant en pleine période des examens, dont les épreuves sont reportées jusqu’à nouvel ordre. Les premières victimes de ce débrayage sont bien entendu les lycéens ! C’est cette situation inquiétante qui prévaut dans le palier secondaire de l’Éducation à Blida.

Un constat qui témoigne d’un conflit qui oppose le syndicat Cnapeste et la direction locale de l’Education. Un différent caractérisé par une grève qui persiste au demeurant, et rien n’augure quant à la fin de cette situation pénalisante pour les élèves. En effet, la grève des enseignants affiliés au syndicat autonome Cnapeste a débuté le 26 novembre dernier.

Elle a provoqué une paralysie totale ou partielle dans plusieurs lycées de cette wilaya. Pire, le déroulement des examens du premier trimestre a été fortement perturbé, comme on l’a constaté, mardi dernier sur place. Ainsi, durant notre virée effectuée dans quelques lycées au chef-lieu de Blida, et en dehors de la ville des Roses, nous avons constaté que des établissements, à l’image de «Omar-Ibn El-Khetab» à Beni Tamou et «Mahi Mohamed», étaient désertés par les élèves. «Comme vous le voyez, ce vide est observé même les jours des examens précédents. Les élèves des autres classes ne sont pas venus», a témoigné une élève du lycée «Omar-Ibn El-Khetab», pour expliquer que les autres lycéens ont aussi observé une grève. En cause à cette absence, les maîtres du lycée qui étaient en débrayage n’ont pas daigné se présenter.

D’ailleurs, «Ils (responsables de l’administration) ont décidé de reporter les examens pour les élèves», a-t-on ajouté, expliquant que la direction du lycée les a rassurés de la programmation des examens durant les prochaines vacances scolaires. Du coup, nous avons essayé de trouver des explications auprès du personnel de cet établissement, mais en vain, puisqu’on a refusé de communiquer à ce sujet. «Nous ne pouvons pas vous donner d’autres informations. Nous essayons en revanche d’assurer le bon déroulement de cette grève! C’est le plus important pour nous», a confié une surveillante de ce lycée.

Mais qu’en est-il au juste et qu’est ce qui a provoqué cette situation pendante ?

À l’origine, «un bras de fer est engagé entre les enseignants grévistes et la direction de l’Éducation de la wilaya», a confié une source sous le sceau de l’anonymat. Au niveau du lycée «Mahi Mohamed», la même atmosphère ou presque régnait. Une enseignante a bien voulu apporter des précisions. «Depuis un certain temps, la direction de l’Éducation bloque à chaque fois les salaires et les dus du personnel éducatif.

Il y a des professeurs qui doivent percevoir des rappels et des échelons, depuis maintenant plus d’un an. Mais, jusque là, ils n’ont rien vu venir, encore moins perçu des rémunérations. Ajouter à cela, les retards dans le versement des salaires…», a confié notre interlocutrice retrouvée au niveau de ce lycée. «En principe, les enseignants ont le droit de demander l’assainissement de leurs conditions socioprofessionnelles, même si la grève n’est pas l’unique voie pour le règlement des problèmes. Nous craignons pour les élèves», estime une autre enseignante qui semble inquiétée du sort des lycéens ainsi pénalisés par cette interruption de travail.

Au-delà des revendications quand bien même «légitimes» des enseignants, les responsables de l’Éducation doivent se pencher sur cette situation qui risque de causer d’énormes problèmes aux élèves et donc à leur cursus scolaire. Cependant, nos tentatives de joindre ou même de rencontrer les responsables de la direction locale de l’Éducation à l’effet de connaître son avis sur cette situation sont restées vaines. Pendant ce temps, ce sont des centaines, voire des milliers de lycéens qui en payent le prix.

De notre envoyé spécial à Blida, Mohamed Amrouni

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      C'est la seule façon de bloquer la montée des Salafistes Wahabistes qui se sont accaparé des mosquées en A...

    • hamer dit:

      L'Algérie s'en sortira haut la tête, cette crise ne la concerna pas uniquement , même la France la subit et de...

    Back to Top