Il l’a déclaré lors de la conférence de presse jeudi : Rajevac vise le dernier carré du Mondial-2018

Le nouvel entraîneur de la sélection algérienne, Milovan Rajevac, s’est montré ambitieux pour sa première sortie devant la presse algérienne en mettant même la barre haut, déclarant qu’il viserait tout simplement un parcours meilleur avec les Verts que celui réalisé avec le Ghana lors du Mondial-2010.

Et quand on sait que les Blacks Stars, sous la houlette du technicien serbe, ont fait sensation au cours de cet évènement en se qualifiant aux quarts de finale, on peut déduire alors que le successeur de Christian Gourcuff, parie sur une qualification au dernier carré de l’épreuve planétaire que va abriter la Russie lors de l’été 2018.

«Faire mieux que la cinquième place décrochée avec le Ghana lors du Mondial-2014», tels sont les propos lancés par Rajevac lors de sa conférence de presse tenue jeudi à Alger.«J’ai déjà vécu deux expériences en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde avec le Ghana en 2010, et je peux dire qu’un Mondial est toujours le plus séduisant.

Avec le Ghana j’ai terminé le tournoi de 2014 à la cinquième place et je veux faire mieux avec la sélection algérienne lors du prochain Mondial», a déclaré le nouveau patron des Fennecs.«J’estime que nous avons les moyens de réussir de bonnes choses avec la sélection algérienne. J’ai vu jouer cette équipe lors du Mondial-2014, je l’ai même supporté face à l’Allemagne (1/8ème de finale, ndlr) et je peux dire qu’elle a manqué de petite chose pour se qualifier, je pense notamment à la fraicheur physique qui lui a fait défaut ce jour-là», a-t-il ajouté.

Mais avant d’aller en Russie, pays hôte du Mondial-2018, les Verts devront passer l’écueil des éliminatoires dont le tirage au sort n’a guère été clément avec eux, en mettant dans leur chemin trois gros morceaux, à savoir, le Cameroun, le Nigéria et la Zambie. A ce propos justement, l’orateur a reconnu la difficulté de la mission, car il s’agit d’adversaires qui nourrissent eux aussi des grandes ambitions pour décrocher une place dans le grand évènement footballistique mondial.«Il est clair qu’il s’agit du groupe de la mort. Chacune des quatre sélections aspire à se qualifier, et à l’arrivée, il n y aura qu’une seule à faire le voyage de la Russie. On fera en sorte bien sûr que ça sera la nôtre. L’Algérie a une réputation à défendre, même si la mission sera très difficile», a reconnu le technicien serbe.

Il fait preuve de réalisme

L’équipe nationale débutera bientôt les qualifications. Elle accueillera le Cameroun en début d’octobre, un rendez-vous auquel pense déjà Rajevac qui veut exploiter au mieux le temps qui sépare du coup d’envoi des éliminatoires du Mondial pour bien connaître ses nouveaux joueurs.«J’ai une idée sur l’effectif actuel. J’ai aussi visionné plusieurs des matches de la sélection algérienne.

Le temps presse, et on aura besoin de redoubler les efforts pour être prêts pour le début des éliminatoires. Le match contre le Lesotho, pour le compte des éliminatoires de la CAN-2017, sera bénéfique pour moi afin de faire une meilleure prise de contacts avec les joueurs», a ajouté le successeur de Christian Gourcuff. L’Algérie, déjà qualifiée pour la CAN-2017 disputera un match sans enjeu contre le Lesotho en début de septembre prochain. Cette rencontre pourrait être la seule des coéquipiers de Yacine Brahimi avant d’affronter le Cameroun le mois suivant, a fait savoir encore le sélectionneur national. La rencontre de Rajevac avec la presse a permis aussi de connaître un peu mieux ce technicien, inactif depuis 2011.

C’est surtout son pragmatisme et réalisme qui ont le plus attiré l’attention.«Je préfère gagner en jouant mal que de bien jouer et perdre», a-t-il lancé comme devise, ajoutant qu’il serait content de remporter cinq matches avec un but à zéro que d’en gagner un seul avec cinq buts et perdre d’autres. A souligner que Rajevac a signé mercredi passé un contrat le liant à la FAF jusqu’à la fin de la CAN-2019 prévue en Côte d’Ivoire, comme il a tenu lui-même à le souligner. Il n’a toutefois soufflé mot à propos du sort dudit contrat si par malheur le coach échoue dans sa mission dès la prochaine CAN en janvier 2017, et à laquelle l’équipe nationale est déjà qualifiée avant une journée de la fin des éliminatoires.

Hakim S.

Commentaires [1]

  1. lemlem  - 16/07/2016 à 11:48

    Si l’EN de football veut arriver en demi-finale au mondial 2018, il lui suffit juste de penser à la grande coupe de fric …

    Lem

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      C'est la seule façon de bloquer la montée des Salafistes Wahabistes qui se sont accaparé des mosquées en A...

    • hamer dit:

      L'Algérie s'en sortira haut la tête, cette crise ne la concerna pas uniquement , même la France la subit et de...

    Back to Top