Halilhodzic face à la presse: «Il y a un vrai problème tactique dans l'équipe»

Halilhodzic ne veut pas perdre Ryad Boudebouz. Interpellé en conférence de presse sur le cas du Sochalien qui ne s'est pas présenté au stage, prétextant une blessure, le sélectionneur national s'est dit "étonné de le voir trois jours plus tard prendre part à un match de championnat avec son club".

Telle a été sa réponse. "Le cas Boudebouz mérite réflexion", s'est-il contenté de dire. A vrai dire, il sait qu'il ne peut pas sanctionner un joueur sur lequel tout peut reposer pour reconstruire la sélection.

D'ailleurs, en conférence de presse, Halilhodzic reconnaît que Boudebouz est un talent prometteur, sur lequel il veut compter. C'est clair, l'EN version Halilhodzic a besoin de Boudebouz, mais ce dernier a besoin de "connaître certaines règles".

Autrement dit, le retour de Boudebouz en sélection est tributaire du degré de compréhension du joueur du mot discipline que le coach veut instaurer au sein de son équipe. En gros, c'est ce qui a été dit sur l'affaire Boudebouz, une affaire que le sélectionneur national a vite liquidée : "Je suis là pour parler de l'EN et non pas de Boudebouz."

"Contre le Maroc, l'équipe a fait moins de 200 passes"

De l'EN justement, Vahid tire quand même quelques satisfactions, malgré beaucoup d'imperfections : "J'ai gagné une petite bataille à Marcoussis. Je suis sorti vainqueur, car j'ai beaucoup appris du groupe et je sais qu'ensemble on peut améliorer beaucoup de choses."

Mais les faiblesses qu'il a notées demandent beaucoup de temps pour être rectifiées. "Durant le stage, on a beaucoup parlé tactique avec les joueurs. J'ai noté sur un carnet sur 2 pages entières les faiblesses défensives et offensives de l'équipe. C'est l'équivalent de 4 ans de travail en EN et 2 ans en club pour tout arranger." Dixit Vahid. Un chantier et un défi qu'il veut relever néanmoins.

"Il y a un vrai problème de discipline tactique, les joueurs gardent trop la balle. Contre le Maroc, l'équipe a fait moins de 200 passes, Barcelone en fait 700 à chaque match. Durant le dernier stage, j'ai senti déjà des améliorations, et il va falloir encore travailler avant la Tanzanie. Je veux gagner là-bas. En 5 ans, l'équipe n'a gagné qu'un seul match à l'extérieur, ce n'est pas normal.

Quand j'ai vu le match contre la RCA, j'étais malade pendant une semaine", relève-t-il Pour ce faire, Halilhodzic doit miser sur un groupe qui est complètement acquis à sa cause, et c'est ce qu'il a constaté au stage de Marcoussis. "Les joueurs étaient réceptifs à mon discours, ce qui m'encourage à entrevoir le meilleur pour l'avenir", annonce-t-il fièrement. Et l'avenir, c'est avec un groupe restreint de joueurs qu'il compte le bâtir.

"Je vais travailler avec 24 joueurs et 3 gardiens"

"D'ici décembre, j'aurai une idée très claire sur l'EN. J'aurai mon équipe composée de 24 joueurs et de 3 gardiens, c'est avec ce groupe que je vais travailler les éliminatoires." Autrement dit, Halilhodzic va commencer la purge des 33 présélectionnés dès ce match devant la Tanzanie.

Il va éliminer un nombre important de joueurs, car entre-temps de nouvelles têtes seront injectées. Une seule certitude : Mourad Meghni sera dans les 24. Coach Vahid mise beaucoup sur le retour de "celui qu'on comparait à Zidane", comme il l'a rappelé en conférence de presse.

"Meghni sera prêt dans 6 mois"

Meghni est un élément important sur l'échiquier de Vahid. Sachant que le joueur n'est pas encore au top physiquement, il ne s'est pas privé de l'emmener avec lui en Tanzanie : "Cela fait plus d'une année qu'il est loin de l'EN, il a cravaché dur pour revenir à la compétition. Et pour l'encourager, j'ai décidé de le mettre dans la liste contre la Tanzanie, un match qu'il ne jouera peut-être pas.

Meghni ne sera pas prêt avant 6 mois", a-t-il expliqué, avant de promettre qu'il "va l'aider à revenir à sa meilleure forme". Même en club, le coach d'Umm Sallal ne veut pas brusquer le retour de la star algérienne, il ne le fait jouer qu'une mi-temps. Vahid compte opter pour la même méthode. S'il est obligé de l'aligner contre la Tanzanie, il ne le fera que pour "une vingtaine de minutes au plus", avoue-t-il en marge de la conférence.

Hammouma, Feghouli et les autres

Si Meghni est sûr de figurer dans le groupe qui attaquera les éliminatoires du Mondial, l'EN pourrait voir l'arrivée de nouveaux éléments. Déjà, Kourichi a entrepris son travail de prospection en France où il a rencontré Brahimi, l'attaquant de Rennes. En conférence de presse, Vahid confirme qu'il suit de très près le dossier des cas FIFA susceptibles de renforcer les rangs de l'EN : "J'ai discuté avec quelques agents des joueurs franco-algériens et je leur ai expliqué que l'Algérie a besoin d'eux."

La démarche du sélectionneur est de tâter le terrain d'abord, avec les proches des joueurs, avant d'aller discuter directement avec eux : "Une méthode qui n'a pas été utilisé jusque-là mais qui peut s'avérer bonne dans la mesure où les joueurs font plus confiance à leurs agents qu'à leurs parents quand il s'agit d'une carrière sportive."

"J'ai besoin de joueurs qui ont faim"

Pour bien entamer les éliminatoires, le sélectionneur national mise sur des joueurs qui en veulent encore. "Ceux que j'ai en main ont tout connu. Ils ont participé au Mondial, ils ont vu le haut niveau. A Marcoussis, je leur ai dit : 'Si vous voulez goûter encore une fois à ce genre de compétition, il va falloir vous montrer plus motivés. Gardez cette faim.' S'ils arrivent à s'imposer, tant mieux, sinon je les remplacerai par ceux qui ont faim."

Abbés Djelloul

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      Il faudrait commencer par faire la part des choses avant de remuer le couteau dans la plaie, qui est la victime et qui est le bourreau? Le ...

    • hamer dit:

      Arrêtez de polémiquer, il n'y a pas de quoi en faire tout un drame, la conjoncture actuelle est bien difficile, mais pas ...

    Back to Top