Le président le lui a signifié mercredi en conseil des ministres suite à la flambée des prix durant ce Ramadhan

Carton jaune pour Djaâboub

Lors du Conseil des ministres qui s’est tenu mercredi, le président Bouteflika s’est longuement attardé sur la flambée des prix des produits de large consommation en ce mois de Ramadhan.

«La maîtrise de la régulation du marché, notamment à l'occasion de Ramadhan, a montré ses limites.» Ces propos, dont a fait part le président de la République à l'endroit du ministre du Commerce, El Hachemi Djaâboub, sonnent bien plus qu'un simple avertissement.

En présidant mercredi un Conseil ministériel où  la flambée des prix des produits de consommation était un des thèmes inscrits à l'ordre du jour, le chef de l'Etat ne s'est pas du tout montré tendre avec son ministre en charge du commerce.

Ce département, en un mot comme en mille, s'avère incapable de «faire face aux effets de la libéralisation incontrôlée des circuits de distribution, aggravés conjoncturellement surtout par des pratiques spéculatives et parasitaires au détriment des citoyens et à l'encontre de la portée spirituelle du mois de Ramadhan», a encore souligné le chef de l'Etat.

Du coup, et du fait de cette mise au point adressée par le chef de l'Etat à son ministre El Hachemi Djaâboub, qui se voit ainsi admonesté en pleine séance du Conseil des ministres, l'argument de la libéralisation des prix et de la soumission du marché à la seule loi de l'offre et de la demande que ne cesse de brandir le même département ministériel pour justifier la flambée des prix vole ainsi en éclats.

«J'entends qu'aucune règle de liberté du commerce ne soit invoquée à l'avenir pour justifier la limitation des capacités de l'Etat à imposer des pratiques commerciales loyales et à réprimer les spéculations qui nuisent aux citoyens», a déclaré le président de la République.

Du coup, El Hachemi Djaâboub, qui a souligné dans sa communication présentée lors du Conseil des ministres de mercredi que «l'augmentation de la demande conjuguée aux spéculations génère des hausses conjoncturelles de prix sans aucune justification économique», se voit ainsi désavoué par le chef de l'Etat.

M. Bouteflika lui rappelle en effet que «les moyens requis seront mis à la disposition des services de contrôle commercial, mais ces derniers devront assumer leurs responsabilités entières et reprendre la situation en main».

Toujours est-il que jusqu'à présent, le département du commerce se conçoit de la part d'une majeure partie des Algériens comme étant un ministère défaillant qui peine à  imposer  son autorité en termes de régulation des prix des produits de  consommation  notamment en ce mois sacré du Ramadhan.

«La situation du marché à laquelle sont confrontés nos citoyens chaque  année à l'avènement du mois sacré de Ramadhan interpelle d'autres acteurs dont les imams qui doivent sensibiliser les citoyens, et les producteurs agricoles  et les éleveurs qui, en contrepartie des importantes aides que leur accorde l'Etat, doivent veiller à produire plus et à couvrir davantage à un approvisionnement de la population à des prix justes, y compris en s'impliquant dans la régulation  et la distribution», a conclu le président Abdelaziz Bouteflika.

Karim Aoudia

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • reinformatrice dit:

      Bonjour Mes Amis Journalistes L’ASTRONOME ET MÉTÉOROLOGUE A FAIT PUBLIER EN DATE DU 19 FÉVRIER 2018 , DES NOU...

    • yasser2018 dit:

      Nos chers amis Journalistes Nous vous écrivons pour vous alerter sur le fait que L'Astronome et Mété...

    Back to Top