Réforme des cycles primaire et moyen

Benbouzid va encore revoir les manuels scolaires

● Les manuels scolaires d’histoire et d’éducation islamique ainsi que d’autres seront revus ● M. Benbouzid insiste sur la nécessité d’orienter principalement les programmes d'éducation civique vers l'enseignement du sens élevé du civisme en stimulant chez l'élève les valeurs morales et spirituelles tels le respect d'autrui, la tolérance et une éducation qui consacre le respect des symboles nationaux.

Encore une fois, le département de M. Benbouzid a décidé d’opérer des changements dans les programmes scolaires. Il s’agit de revoir, dans le fond, les manuels scolaires d’histoire et d’éducation islamique pour l’introduction des cours portant sur l’éducation civique. A travers ce changement, le ministre de l’Education nationale aspire, soutient-il, à promouvoir la culture sociale et le sens de la citoyenneté chez les générations à venir, en leur apprenant le respect de l’autre loin de tout extrémisme ou fanatisme. Incontestablement, cette initiative est louable. Toutefois, elle pose une question importante. Pourquoi le ministère n’a pas pensé à introduire ces éléments de civisme avant que la réforme ne soit bouclée et, surtout, avant que l’on ait commencé à imprimer les nouveaux manuels scolaires ? Il est difficile d’admettre, en effet, que ce n’est qu’au milieu de la mise en œuvre de la réforme que le ministère de l’Education nationale s’est rendu compte qu’il avait oublié d’introduire une matière centrale dans les programmes scolaires. Cette question ne semble pas pertinente pour les responsables du secteur qui seront ainsi, en plus du temps et de l’énergie perdus, obligés de dépenser des sommes faramineuses pour rattraper... leur oubli. Imperturbable, M. Benbouzid persiste et signe ! Pour lui, ces changements qui interviendront à partir de l’année prochaine s’imposent, à l’instar de l’obligation de la levée quotidiennement des couleurs nationales. Le premier responsable du secteur a mis l’accent, hier, à l’ouverture des travaux du séminaire international organisé par son département en coordination avec l’Organisation arabe pour l’éducation, les sciences et la culture (Alesco), sur l’importance de l’éducation civique dans les systèmes éducatifs. M. Benbouzid a plaidé aussi la nécessité de consolider la dimension civique dans les programmes par différents mécanismes. Durant deux jours, les 250 participants à cette rencontre, qui prendra fin aujourd’hui, débattront des expertises internationales en matière d’enseignement de l’éducation civique, notamment dans des pays arabes. A cet effet, il y a lieu de préciser que des représentants de l’Unesco, de l’Isesco du Conseil européen et de pays arabes participent à ce séminaire et l’Algérie est représentée par des membres de la Commission nationale des programmes d’enseignement, des membres de groupes spécialisés des disciplines, des enseignants, des chefs d’établissement scolaire, ainsi que par des experts : « Nous allons nous imprégner des expériences des autres pays en matière d’enseignement de l’éducation civique afin d’intégrer dans nos programmes des concepts et des mécanismes d’enseignement appropriés. Les éléments d’ancrage existent, mais nous avons un manque à gagner, d’autant plus que l’éducation civique est une matière transversale », a expliqué M. Benbouzid, qui insistera dans ce sillage sur la nécessité d’orienter principalement les programmes d’éducation civique vers l’enseignement du sens élevé du civisme en stimulant chez l’élève les valeurs morales et spirituelles telles que le respect d’autrui, la tolérance et une éducation qui consacre le respect des symboles nationaux et la glorification de la mémoire des martyrs. M. Benbouzid a rappelé dans ce contexte les dix années d’enfer qu’a vécues notre pays. Une expérience à méditer pour en tirer les leçons. Le ministre admet, dans ce cadre, la responsabilité de l’école dans la descente aux enfers. « L’éducation civique a disparu de nos manuels scolaires durant les années 1980. L’école a, quelque part, failli dans sa mission consistant en la consécration de l’amour de la patrie à nos enfants, mais elle n’est pas la seule responsable, la cellule familiale ainsi que d’autres institutions n’ont pas également joué leur rôle et c’est pour cette raison que l’Algérie a connu une décennie noire », a soutenu M. Benbouzid. Celui-ci s’est dit, en outre, très satisfait de voir les élèves hisser le drapeau nationale chaque jour. « Vous avez critiqué cette instruction, mais je vous informe que 98% des établissements scolaires sont satisfaits de cette nouvelle mesure », indiquera-t-il. Par ailleurs, le directeur général de l’organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (Alesco), Mounji Bousnina, a estimé qu’il est important de promouvoir l’éducation civique dans le monde arabe dans ses dimensions nationale et universelle par la consécration de l’amour de la patrie et l’attachement aux fondements de l’identité dans le cadre des principes de la culture humaine universelle. Les enjeux actuels, a-t-il ajouté, exigent l’adoption des concepts d’éducation civique, de citoyenneté, de démocratie, de coexistence, de dialogue et de tolérance, autant de concepts générés par les nouvelles approches du monde et des relations internationales.

Nabila Amir

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      Arrêtez de polémiquer, il n'y a pas de quoi en faire tout un drame, la conjoncture actuelle est bien difficile, mais pas ...

    • hamer dit:

      M l'économiste a raté une occasion en or de se taire, on l'aurait sollicité pour un éventuel portefeui...

    Back to Top