La campagne électorale débute demain

23 partis politiques en lice pour les élections locales du 29 novembre

Demain s'ouvre la campagne électorale pour les élections locales prévues le 29 novembre prochain. 23 partis sont en lice pour gagner la confiance des 17 millions d'électeurs.

25 listes de coalition et un nombre important de listes de candidatures indépendantes.

Des candidats qui souhaitent gagner le maximum de sièges des 1 531 Assemblées communales et ceux des 48 Assemblées de wilaya en compétition. Pour la première fois depuis l'instauration du multipartisme, cette élection ne connaîtra pas d'appel significatif au boycott.

Mis à part l'aile d’Ahmed Meliani du Mouvement démocratique et social (MDS) qui campe sur l'option abstentionniste traditionnelle du parti depuis les élections locales du 12 juin 1990, toutes les autres formations politiques se lanceront demain dans la mêlée dans l'espoir de remporter la bataille électorale.

Du plus vieux parti d'opposition, en l'occurrence le Front des forces socialistes (FFS) jusqu'au Parti socialiste des travailleurs (PST) de Salhi Chawki en passant par les participants classiques à toutes les élections, notamment le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND), le Mouvement de la société pour la paix (MSP), les mouvements El Islah et Ennahda et le Parti des travailleurs de Louisa Hanoune (PT), tous les partis politiques mettent en avant l'importance du scrutin local.

La confiance du citoyen se gagne d'abord à travers la résolution de ses problèmes quotidiens.

En attendant que les uns et les autres dévoilent leurs atouts, le ministère de l'Intérieur a d'ores et déjà publié les caractéristiques techniques des bulletins de vote qui seront mis à la disposition des électeurs le jour du scrutin.

Les bulletins de vote porteront évidemment la dénomination du parti politique concerné mais aussi un numéro d’identification de 1 à 23 attribué en fonction de la moyenne la plus élevée de suffrages obtenus lors des trois dernières élections législatives.

Selon le listing du ministère de l’Intérieur, le bulletin de vote portant les candidatures du FLN portera le numéro 1, le RND s’est vu, quant à lui, attribuer le numéro 2 alors que les bulletins de vote des candidats du MSP porteront le numéro 3.

Les listes d’El Islah porteront, quant à elles, le numéro 4 alors que le FFS s’est vu attribuer le numéro 5, talonné par le mouvement Ennahda qui s’inscrira sous le numéro 6, précédant le RCD auquel l’administration a attribué le numéro 7 alors que le PT sera inscrit sous le numéro 8.

Les 23 listes de candidatures des coalisés sous l’égide des mouvements Ennahda et El Islah se sont vu décerner le numéro 24 alors que la liste de coalition FLN-HMS portera le numéro 25.

Quant à la liste des coalisés RND-HMS, elle arborera le numéro 26. En ce qui concerne les bulletins de vote des listes indépendantes, elles porteront la mention «liste indépendante» et une lettre alphabétique arabe, attribuée au niveau de la wilaya, sur la base de la date et de l’heure de dépôt de la liste.

Pour rappel, neuf partis sur les 23 en lice ont été autorisés à parrainer les candidatures pour les élections locales du 29 novembre prochain suivant les nouvelles dispositions légales relatives au parrainage des candidatures par les partis politiques telles que fixées par les dispositions de l’ordonnance n°97-07 du 6 mars 1997, modifiée et complétée par la loi organique n°07-08 du 28 juillet 2007.

Cette dernière stipule que seuls les partis ayant récolté plus de 04% des suffrages exprimés lors des dernières consultations peuvent prétendre au parrainage des candidats.

Il s’agit du FLN, du RND, du MSP, du mouvement El Islah, du FFS, du mouvement Ennahda, du RCD, du PT et du FNA. Tous les autres partis ont été contraints d’appuyer leur candidature par au moins 3% des signatures des électeurs inscrits dans la circonscription électorale concernée.

Le grand point d’interrogation demeure toutefois le degré d’adhésion des citoyens à ce scrutin.

L’abstention massive qui a entaché les élections législatives menace le rendez-vous du 29 novembre. Rien ne semble avoir été fait depuis les élections législatives du 17 mai dernier pour faire changer les avis sur la nécessité de voter.

D’autant plus que les partis comme l’administration se sont rejeté et se rejettent encore la responsabilité de la défection populaire.

Tous les partis sans exception ont dénoncé la partialité de l’administration au moment de la confection des listes.

Des accusations dont s’est défendu, tant bien que mal, le ministère de l’Intérieur. Autant de doutes qui planent sur la régularité de la préparation du scrutin et qui fera certainement douter les électeurs sur la propreté des élections.

Comment les uns et les autres arriveront-ils à convaincre les électeurs d’aller voter le 29 novembre ? Ce sera certainement la tâche la plus ardue durant cette campagne.

G. H.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • algerien75 dit:

      Bonjour, Fervent fan de l'Emission heddaf TV, je trouve scandaleux les interventions d'Ali Bencheikh à qui j'avais ...

    • ami dit:

      J'ai de l'estime pour le journal Liberté (pour son histoire surtout). Cependant, cet article n'est pas du journalisme....

    Back to Top