Un déchargement inhabituel s’est effectué à la gare maritime des voyageurs

100 tonnes de pomme de terre dans un car-ferry !

80 palettes de pomme de terre, soit 100 tonnes, ont été débarquées, hier, à midi, au port d’Oran. C’est le car-ferry «Le Corse», en provenance de Sète, qui a été affrété pour les besoins du transport.

Un transport inhabituel s’offrait donc à la gare maritime où voyageurs et pomme de terre débarquaient simultanément. Un émigré, témoin de ce spectacle, dira avec ironie: «nous sommes transportés au même titre que la patate.

Un car-ferry est pourtant destiné au seul transport des voyageurs, pas des marchandises». «La pomme de terre est-elle devenue si précieuse qu’on n’hésite pas à l’embarquer par car-ferry», s’insurgeait cet autre émigré.

Mais, selon le responsable de l’Entreprise portuaire d’Oran, «cet arrivage de pomme de terre fait suite à d’autres arrivages de ce précieux aliment de base».

En effet, le 16 octobre, 2.178 tonnes en provenance de Belgique ont été déchargées au port d’Oran.

Le lendemain (le 17 octobre), ce sont 2.178 tonnes de ce même produit en provenance de Hollande que les dockers ont déchargées.

Le 22 octobre, même provenance pour 2.697 tonnes de ce produit similaire au port d’Oran qui connaît actuellement un grand va-et-vient de camions venus charger cette pomme de terre devenue, circonstance oblige, un aliment très convoité. Ceci a eu pour effet d’influer sur le prix de ce tubercule.

La pomme de terre importée s’écoule au niveau des halles centrales à 35 DA et par corollaires à 45, voire 40 DA, au marché des Aurès. Cette baisse sur les prix va connaître son niveau le plus pas, comme devait nous l’affirmer ce commerçant à la rue de Bastille. «Elle sera commercialisée à 35 DA ou même 30 DA».

Ces affirmations sont corroborées par la récolte importante de la pomme de terre rouge locale qui vient ainsi concurrencer celle d’importation. Une pomme de terre dont on contestait la qualité vu son état d’avarie avéré.

Une avarie qui, selon les importateurs, serait due principalement à son mauvais conditionnement. Son stockage dans de mauvaises conditions a engendré la saisie de grandes quantités par les services de la direction du Commerce.

L’infraction relevée serait, selon le responsable de cette direction, due aux conditions défectueuses de stockage et à l’absence de chambres froides.

La pomme de terre qui, jusque-là, a défrayé la chronique, est en train de reprendre sa place de prédilection, à savoir un aliment de base.

Hadj Sahraoui

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • hamer dit:

      Arrêtez de polémiquer, il n'y a pas de quoi en faire tout un drame, la conjoncture actuelle est bien difficile, mais pas ...

    • hamer dit:

      M l'économiste a raté une occasion en or de se taire, on l'aurait sollicité pour un éventuel portefeui...

    Back to Top