Association algérienne pour la planification familiale

Débat sur la santé reproductive

Comment mieux intéresser les hommes à la santé reproductive et mieux les y impliquer; comment, pour ce faire, mieux mobiliser les prestataires de services en santé, les médias, les mourchidine et le mouvement associatif pour renforcer le travail dont la sensibilisation en leur direction? Telle a été la problématique de la Rencontre–Débat que nous venons d'organiser, hier jeudi 24 décembre 2009 à l'Ecole paramédicale d'Oran. Et telle est la préoccupation que nous voudrions partager avec vous:

De par les 2 postulats à la base de sa problématique, à savoir:
que la Santé reproductive ne peut être qu'une préoccupation des femmes ni, à plus forte raison, qu'une question strictement médicale, et que plus les hommes s'y impliquent activement et plus seront renforcées les luttes contre les infections sexuellement transmissibles (dont le VIH), contre les violences faites aux femmes et pour la promotion des droits humains et de la citoyenneté – avec ce que cela pourrait induire sur l'amélioration de la qualité de la vie des couples et des familles

Cette Rencontre s'est voulue non seulement un espace d'information autour de la problématique, mais beaucoup plus un espace d'échange principalement entre divers intervenants potentiels et prestataires de services auprès des hommes.
D'où:

le caractère "semi régional" que nous lui avons donnée en y invitant tant d'Oran que de Ain Temouchent, Mostaganem, Relizane, Sidi Bel Abbès et Tlemcen;
le public qui y a été convié, en sus de nos représentants dans ces wilayas: des représentants des DSP en charge notamment de la médecine du travail, des Directions des Affaires Religieuses en charge du suivi du travail des Mourchidine, des représentants des Offices des Etablissements de Jeunesses en charge des activités en direction des jeunes ainsi que leurs médecins en charge de leurs Cellules d'Ecoute, des représentants (dont un médecin du travail) des Directions régionales des Œuvres sociales des PTT et Sonatrach, quelques Centres universitaires de Santé ainsi que des journalistes;
le panel d'animateurs AAPF qui y a été mobilisé:

  1. un Sociologue–démographe (M. le Dr Kouidri Mohamed) qui donna à l'assistance un aperçu sur l'évolution de la Famille et sur la transition démographique avec quelques indicateurs de Santé reproductive
  2. un Gynécologue (M. le Pr. Chafi Belkacem) qui traita de la genèse de la Santé reproductive et de l'importance non seulement d'y impliquer les Hommes (y compris les jeunes), mais de l'aborder dorénavant de manière "genrée" et
  3. un Epidémiologiste (M. le Pr. Meguenni Kaouel) qui traita des Droits humains qui se rattachent à la Santé reproductive et de l'impossibilité de les promouvoir pleinement sans d'abord gagner les Hommes (y compris les jeunes) à leur cause.

Le riche débat de 2 heures environ qui a suivi a permis de noter un certain nombre de  propositions qui peuvent être regroupées sous la forme des recommandations suivantes, qui appellent toutes à canaliser les efforts de réflexion, de concertation et d'action séparée et/ou commune en vue:

  • de redéployer l'information en matière de Santé reproductive qui a été délaissée ces dernières années, car non seulement noyée sous des thématiques de VIH/SIDA et autres présentées "isolément" (malgré leur caractère d'éléments de la Santé reproductive) mais surtout réduite – à la faveur probablement d'un refus (pudique?) d'utiliser le concept de "Santé sexuelle et reproductive" dans son intégralité – quasiment à la seule dimension de planification familiale et, de ce fait, noyée dans une approche strictement "médicale";
  • de non seulement mieux adapter, dans cette foulée, les Centres de Santé publique, les diverses Cellules d'Ecoute qui existent et à créer, les productions  médiatiques spécialisées et autres recherches à la prise en charge de cette préoccupation Hommes et Santé reproductive, mais également de mieux outiller et impliquer les autres intervenants potentiels en direction des Hommes (dont les jeunes) afin qu'ils intègrent cette préoccupation dans leurs programmes respectifs;
  • d'agir sur cet autre aspect particulier qui, de par le temps que l'assistance lui a consacré lors du débat, semble (ou pourrait) cristalliser le contexte socioculturel contradictoire et des pratiques plus ou moins défavorables à la base de la faible prise en charge de cette préoccupation, à savoir: la consultation et le certificat prénuptiaux et les attitudes et les pratiques qui se greffent autour et qui en réduisent la pertinence.
    Ce qui nécessite l'initiation d'un large débat à même de déterminer comment faire de la pré nuptialité (pour ainsi dire) un moment privilégié d'action autour de notre problématique tant auprès des "prénuptiaux" qu'auprès de ceux appelés à les consulter ou à manipuler leur certificat;
  • d'œuvrer à mieux connaître les comportements, attitudes et pratiques des hommes (dont les jeunes) par rapport à la Santé reproductive;
  • de travailler à (contribuer à) enrichir, en y intégrant la dimension Genre et seulement après avoir décidé comment lui donner corps sous forme de procédures, de protocoles et autres modes d'application et de messages, la définition de la Santé reproductive élaborée lors de la CIPD de 1994 qui n'explicite comme "services" en la matière que les services de santé destinées aux femmes et, accessoirement, aux couples (donc, ni aux hommes seuls, ni aux jeunes garçons, voire même pas aux jeunes filles "sans couple").

Cette rencontre, clôturée par notre engagement à contribuer dès 2010 à donner corps à certaines de ces recommandations, s'acheva par un déjeuner offert aux participants.

Le Délégué AAPF Région Ouest
Y. BENLAKHDAR

Contact presse :

Association algérienne pour la planification familiale (AAPF)

Siège national – 98, Route nationale n°1 ; Birkhadem ; Alger.
Tél. : 021 44 76 67
Fax : 021 54 00 78
E-mail : [email protected]

Siège Région Ouest – 54, rue Mohamed Khemisti; Oran
Téléfax : 041 33 29 30
E-mail: [email protected]

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Back to Top