L'ambassadeur de l'Union européenne à Alger

L'Europe n'a pas peur d'une OPEP du gaz

Une zone de libre-échange au sein du Maghreb sera bénéfique pour toute la région » a indiqué, hier, le nouvel ambassadeur de la Commission européenne à Alger, M. Wolfgang Plasa.

Le diplomate qui était l'invité du forum EL-MOUDJAHID a déploré, cependant, des problèmes qui bloquent la réalisation d'un tel projet et qui sont liés, sans le dire explicitement, directement au conflit du Sahara occidental.
« Il faut surmonter cela et faire les efforts que nous avons fait il y a 50 ans », a-t-il souligné, en rappelant l'état de certains pays européens au lendemain de la deuxième guerre mondiale, ce qui, dit-il, ne les a pas empêchés de signer le traité de Rome qui a servi de base à la création de l'Europe unifiée.
« La solution à ce problème c'est l'intégration », suggère le diplomate qui a pris mille et une précautions en abordant le sujet.
L'ambassadeur de la Commission européenne qui a pris ses fonctions dans notre pays il y a quelques temps pour une durée de quatre années, reviendra longuement sur les conditions qui ont poussé les Européens vers l'unification. Cette « union » qui a commencé à l'initiative de six pays européens a permis d'arriver à une fusion économique, ce qui, note le conférencier, a assuré la paix durant toutes ces années.
« Nous sommes victimes de notre succès » plaisante le diplomate qui rappellera l'engouement suscité par le traité de Rome qui ne se limite, ajoute-t-il, à rien. L'ambassadeur rappellera, tout au long de son introduction, les différentes phases qui ont conduit à l'élargissement de l'Europe à 27 états.
Sur notre question de savoir pourquoi Bruxelles n'a pas encore permis à la Turquie «pays musulman» d'accéder à l'Union européenne, le diplomate répondra que les négociations ne portent pas sur la religion mais sur des dossiers techniques. L'Union européenne aide-t-elle suffisamment l'Algérie ?
M. Wolfgang reviendra en 1995 pour rappeler à l'assistance le processus de Barcelone destiné, explique-t-il, à aider les pays de la rive sud en créant notamment une zone de libre-échange et en instaurant un dialogue politique entre les pays du pourtour méditerranéen. L'Algérie, déplore l'ambassadeur, n'a malheureusement pas profité de ce processus qui n'est pas, précise-t-il, encore du ressort de l'Union européenne. Mais l'offre est toujours là, poursuit le remplaçant de Guerrato qui reproche « l'association tardive de notre pays à l'UE ».
« Je constate qu'il existe beaucoup de craintes dans votre pays et qui ne sont pas fondées à mon avis », dira l'ambassadeur en soulignant que l'Algérie doit encore fournir des efforts pour s'ajuster, ce qui, admet-il occasionnera des « coûts sociaux » à payer.
« Nous sommes là pour vous aider » a déclaré M. Wolfgang Plasa en indiquant que la menace ne vient pas de l'Europe mais de pays, en faisant allusion aux Chinois, qui inondent votre marché de toutes sortes de produits.
Le diplomate a été tranchant : « nous ne pouvons pas faire des exceptions et assumer les obligations que vous ne pouvez pas assumer », a-t-il déclaré en réponse à un représentant de la société civile qui reprochait à l'Europe de ne pas assez aider l'Algérie. L'ambassadeur de la Commission européenne à Alger qui a tenu, toutefois, à rappeler que l'Europe est à l'origine de 60% de l'aide au développement dans le monde, explique que les critères sont appliqués rigoureusement pour tous les pays, en donnant l'exemple de la Russie qui, dit-il, malgré tous ses efforts n'a pas encore pu accéder à l'OMC.
Pourquoi l'Europe a peur d'une OPEP du GAZ ? « Il ne faut pas imaginer que l'Europe a peur de cela » a répondu l'invité du forum qui souligne qu'avec ou sans une « OPEP du gaz » personne ne peut changer la rigidité du marché de ce produit qui est, dit-il, indexé des prix du pétrole.
L'ambassadeur qui a qualifié les relations entre l'Union européenne et l'Algérie « d'excellentes » a annoncé qu'une réunion des membres du conseil d'association Algérie-UE, le 24 avril prochain, pour évaluer ce qui a été fait jusqu'ici en matière de coopération. Toujours en ce qui concerne l'Algérie,, l'ambassadeur a déclaré que l'UE souhaite compléter l'accord d'association avec notre pays en y incluant le chapitre des services.

Z. Mehdaoui

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • lem dit:

      Au moment de la collision, heureusement que les deux appareils n’étaient pas dans le ciel, mais « ATR »… ...

    • lem dit:

      Quand on a voulu faire respecter l'obligation de serrer la ceinture automobile, ce geste est alors devenu systématique et banal....

    Back to Top