Après s’être lancés dans l’habitat et le commerce en Algérie

Les Chinois courtisent Sonelgaz

Le géant chinois des technologies de l’électricité, la SGCC, risque d’être le premier à profiter de la loi sur l’électricité, amendée en 2001, et qui permet au capital privé national ou étranger d’investir dans la production et la commercialisation de l’énergie électrique.

La rumeur avait couru déjà lors de la célébration, le 20 janvier dernier, du cinquantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques sino-algériennes.

A cette occasion, s’est tenu, pour rappel, le séminaire 2008 de la technologie de l’électricité et des produits concernés de Chine, parrainé conjointement par Sonelgaz et la State Grid Corporation of China (SGCC).

La délégation chinoise était dirigée par l’assistant du P-DG de la SGCC qui a eu une série d’entretiens avec M. Bouterfa, P-DG de la Sonelgaz.

D’après des sources fiables, à l’issue de ce séminaire, la SGCC a engagé des discussions pour réaliser conjointement avec Sonelgaz un mode de coopération, afin d’optimiser l’efficacité de la relation basée sur des avantages réciproques.

Officiellement, les deux parties vont mettre en place un programme commun de construction électrique et de transfert de la technologie électrique et la formation du personnel qualifié.

Ainsi, représentant une partie importante de la stratégie de développement international de la SGCC, le séminaire de trois jours a, à vrai dire, servi à renforcer les connaissances de la partie algérienne sur la technologie électrique de la Chine. Les deux parties ont également discuté, durant le séminaire, de la possibilité d’une coopération sino-algérienne dans le secteur de l’électricité.

Jusqu’à la fin de l’année 2006, la capacité installée en Chine se chiffrait à 6,24 milliards de KW, la production totale d’électricité atteignait 2.834 milliards de kW/h. La Chine se classe au deuxième rang mondial en termes de capacité installée et de volume de production.

La SGCC, dont les activités principales sont la construction et l’exploitation du réseau électrique, est la plus grande entreprise de production et de distribution d’électricité de Chine. Son capital enregistré est de 26 milliards de dollars (soit environ 18,82 milliards d’euros), son actif total de 164 milliards de dollars, son actif net de 62,8 milliards de dollars.

A présent, la SGCC compte 53 filiales ou sociétés de portefeuille. En termes de l’actif total, la SGCC est parmi les premières des entreprises industrielles de très grande dimension.

La SGCC qui fournit de l’électricité sur plus de 88% du territoire de la Chine, emploie 1,504 million de personnes et a 145 millions de clients directs, possède 282.000 km de lignes de transport d’électricité de 220 kV ou plus, ainsi qu’une capacité de transformation électrique de 730 millions de kV. En 2007, la SGCC a figuré dans Fortune au 29e rang des 500 grandes entreprises du monde.

Si l’on n’est pas, encore, à la confirmation de l’arrivée du premier opérateur ayant pour vocation de concurrencer directement Sonelgaz, il semble néanmoins que l’opérateur chinois table sur le moyen terme après avoir testé le marché par un premier investissement dans la production et dans la sous-traitance contractée avec Sonelgaz.

Ce serait alors les premiers pas de l’entrée en vigueur réelle de la réforme libérale du secteur de l’électricité qui vise, à terme, à asseoir un marché ouvert, transparent et concurrentiel.

Il faut savoir, cependant, que la nouvelle loi, fortement réglementée à coups de normes et de cahiers des charges méticuleux, maintient le monopole de Sonelgaz sur le réseau de transport de l’électricité en sa qualité de «gestionnaire unique».

En revanche, les activités de production de l’électricité sont ouvertes à la concurrence, de même que l’importation et l’exportation de l’électricité, ainsi que la commercialisation.

Pour se préparer à cette perspective et à ce futur contexte de concurrence, l’opérateur historique a, d’ores et déjà, mobilisé des financements importants afin de développer et renforcer l’infrastructure électrique et gazière.

Pour la période 2005/2010, un programme d’investissement exceptionnel est mis en œuvre afin d’augmenter les capacités de production d’électricité, de densifier et rendre plus robuste le réseau de transport d’électricité et du gaz et enfin de moderniser les services à la clientèle.

Objectif: devenir plus compétitif pour pouvoir faire face à la concurrence qui se profile et compter, à terme, parmi les cinq meilleurs opérateurs du secteur dans le bassin méditerranéen.

Amine B.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • abdoul7460 dit:

      La menace juive dans nos pays reste toujours le meilleur procédé pour occulter tout ce qui ne va pas chez nous....

    • kadakad718 dit:

      RIEN N'EST MEILLEURS DE PASSER AU PROCÉDURE DE LA RÉGULARISATION DU TERME CASSE TÈTE DES LOGEMENTS...

    Back to Top