Le rideau est tombé sur les résultats du Bac, Oran 13ème à l’échelle nationale: Le niveau à El Bahia, de mal en pis

Enfin, la longue et épuisan te année scolaire qu’ont suivie les élèves de 3ème année secondaire, a touché à sa fin. Certains ont eu l’agréable nouvelle de savoir que leurs noms figurent, bel et bien, dans la liste des lauréats au Bac, contrairement à d’autres qui ont malheureusement achevé l’année sur un échec dur à avaler, vu les efforts déployés depuis le début de l’année.

Pour les bacheliers oranais, qui n’ont pas dérogé de la règle, les scènes au sein des différents lycées de la wilaya étaient tout simplement aux antipodes, les unes des autres. Aux larmes de joie des gagnants s’opposaient celles des perdants.

Statistiquement parlant, le taux de réussite pour cet examen a défrayé la chronique et battu tous les records avec 62.45%, une moyenne jamais enregistrée depuis l’indépendance. Quant à la wilaya d’Oran, elle a encore une fois déçu ses habitants et les responsables du secteur. En effet, la capitale de l’Ouest a été classé 13ème au niveau national avec un taux de réussite de 67.17 %.

La wilaya de Tizi-Ouzou est première pour la quatrième année consécutive avec 80.42 %, tandis que les deuxième et troisième positions sont revenues respectivement à Mascara et à Alger-centre. Concernant Oran, le niveau est loin de celui qui y était enregistré au cours des années précédentes, où elle figurait chaque année au moins, parmi les trois premières places du hit-parade national.

Ce résultat décevant confirme le commentaire lancé récemment par le ministre de l’Education, M. Boubekeur Benbouzid, lors de sa visite à Oran pour le coup d’envoi des épreuves du BEM. Prenant la parole au lycée Ez-Zitoune, le ministre avait tiré la sonnette d’alarme devant la famille éducative, et a même révélé qu’il était lui-même surpris du niveau des élèves des classes de terminale, qui faisaient la fierté de la wilaya.

Il a d’ailleurs saisi l’occasion pour demander aux responsables locaux du secteur, à redoubler d’efforts pour essayer de relever le niveau. Les lauréats auront peu de temps pour savourer leur réussite, car les inscriptions débuteront ce mardi avec toutes les procédures de préparation de dossiers, un vrai parcours du combattant.

Lles heureux gagnants peuvent déjà retirer leurs attestations provisoires de réussite, pour tout de suite enchaîner avec les dossiers à fournir. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a mis son site officiel au service des nouveaux bacheliers, pour les inscriptions en ligne.

Espérons que les étudiants pourront suivre le type d’études qu’ils souhaitent, car avec un taux de réussite aussi élevé, beaucoup d’entre eux se retrouveront dans des branches complètement différentes de celles qui sont proposées dans la liste. «C’est comme si je n’avais pas eu mon Bac, dira un Oranais qui a obtenu son diplôme avec 10,57/20».

Les années précédentes, certains ont même dû rater la première année pour procéder à un transfert durant l’année qui a suivi. Cependant, des places dans les branches qui ont habituellement la cote (pharmacie, médecine et autres), seront chères au moment où d’autres synonymes, plus tard de chômage, seront boudées ou suivies à contrecœur.

Jalil Mehnane

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • lem dit:

      Précision : La pénurie du lait et du pain bat son plein... de vide. Lem...

    Back to Top