Réveillon de fin d'année

L'autre «aïd» sans mouton !

La soirée du Réveillon de fin d’année ne fait pas vraiment partie des moeurs d’une écrasante majorité d’Algériens. La veille de l’an+1 ne diffère pas vraiment des 364 autres de l’année.

Elle reste un événement «élitiste», pas nécessairement au sens culturel, mais plutôt liée aux moyens financiers. Si certains peuvent choisir de partir à l’étranger, au sud de l’Algérie, ou d’aller en boîte, d’autres se contenteront de zapper entre les programmes de chaînes de télévision.

Un séjour d’environ une semaine à Taghit, Béni-Abbès (Béchar), à Timimoun, pour le réveillon de fin d’année, coûte entre 32.000 et 40.000 DA par personne, selon l’Agence de voyages qui propose le périple. Pour une petite famille de 4 personnes, il faut prévoir pas moins de 120.000 DA, sans compter «les dépenses durant le trajet et les extra», avertissent les voyagistes.

Le nombre de places étant très limité, vu le manque de structures hôtelières, les réservations sont faites «plus d’un mois à l’avance», selon certaines agences de la place d’Alger. Les tarifs pratiqués «ne sont pas vraiment un obstacle» pour une certaine clientèle «habituée à passer les vacances d’été en Tunisie et le réveillon de fin d’année à Taghit », ajoute-t-on.

D’autres préfèrent réveillonner à Alger, dans l’un des innombrables établissements (hôtels, restaurants…) qui proposent des programmes spéciaux pour cette soirée. A ne pas s’y tromper, le coût est aussi élevé qu’un séjour d’une semaine au sud du pays.

Le prix d’une soirée par personne (spectacle, dîner) au «Crystal Lounge» (Pins Maritimes), au «Pacha Club Algiers» (hôtel El Djazair), où la salle des fêtes «Dar El Moulouk» de Staoueli, varie de 6.000 à 10.000 DA.

Un package dîner + hébergement, dans un hôtel 5 étoiles de la capitale, peut atteindre 22.000 à 35.000 DA pour une seule nuit et par personne. Pour des raisons évidentes de niveau de vie, le gros des fêtards se contenteront de célébrer, en famille le plus souvent, la nouvelle année autour d’une bûche, de gâteaux et de boissons.

Les amateurs de bûches auront le choix entre des paliers de prix très différents allant de 800 et 1.000 DA, à 5.000 DA et plus comme c’est le cas à Sidi Yahia. Mais, encore plus nombreux, sont ceux pour qui le Réveillon ne représente pas plus que la veille d’une journée fériée, et d’une soirée à passer devant la télévision jusqu’à une heure tardive.

M. M.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • lem dit:

      Comme quoi, le gouvernement sous pression doit faire face à la pression des sous. Mais comme l'état a plus d'une &la...

    • lem dit:

      Relations complexes entre l'Algérie et le Maroc : le véritable sujet, c'est le roi... Lem...

    Back to Top