Ses initiateurs ont dénoncé des blocages

Controverse sur une exposition sur la guerre d’Algérie

«Personne ne veut de cette exposition, personne n’a voulu nous aider (…) il est clair qu’on est victimes d’un néo-harkisme !» C’est avec ces propos très durs que l’organisateur d’une grande exposition prévue le 1er novembre, Ouahab Habbat, gérant de New-Press, a entamé sa conférence de presse, hier, au siège du Média-club, à Alger.

Une grande exposition, la plus grande au monde, selon ses propos, n’a rencontré que de très maigres soutiens aussi bien au niveau étatique que privé. C’est l’objet d’ailleurs de cette sortie médiatique de M. Habbat qui semblait très remonté contre des responsables politiques mais aussi d’entreprises privées et publiques.

En fait, l’objectif espéré par les initiateurs de cette géante expo est grand : «Nous voulons exposer en dehors et à l’intérieur de la maison de la Presse des photos inédites des héros de la Révolution mais aussi des images montrant les souffrances que le peuple algérien a endurées pour sa libération. En tout, 180 photos sont développées sur 900 mètres carrés avec un support adapté aux intempéries.

C’est un ambitieux projet qui s’étalera sur une année, a expliqué Ouahab Habbat qui a précisé que plusieurs activités culturelles, dont des journées portes ouvertes, s’y tiendront en parallèle à l’exposition. Ayant sollicité jusque-là l’aide de 21 entreprises et quelques ministères, dont ceux de la Culture et de la Communication, les initiateurs du projet ont exprimé leur déception quant à la manière avec laquelle leur demande a été traitée.

Ouahab Habbat a affirmé que durant les démarches effectuées pour financer son projet, aucune sollicitation d’argent n’a été effectuée. «Nous avons expliqué aux différents opérateurs économiques et aux responsables que nous n’avons pas besoin d’argent mais seulement qu‘ils puissent sponsoriser le développement des images en portraits géants, ce qui serait en principe à leur honneur», a-t-il révélé avant de déplorer le lâchage dont les responsables du projet ont été victimes après plusieurs promesses.

«Des opérateurs se sont montrés intéressés et ont même revendiqué l’exclusivité du projet. Mais après quelques jours, c’est le silence radio. Aucun responsable n’a eu le courage de nous répondre par écrit.

Un haut responsable à l’APN a même demandé si cette exposition pourrait lui être lucrative», a-t-il dénoncé. Jusqu’à présent, seul l’entreprise Rami et un autre opérateur qui a gardé l’anonymat ont accepté de développer les photos de la guerre d’Algérie, mais leur contribution demeure très insuffisante pour réaliser le film complet, précise-t-on.

Mépris des uns, indifférence des autres, le projet risque de capoter en dépit de la détermination de ses initiateurs. Ces derniers, qui menacent de recourir à l’aide des «amis de la guerre d’Algérie à l’extérieur», annoncent une autre conférence de presse dans quelques jours et qui rassemblera plusieurs personnalités, notamment du cercle médiatique.

Y. M.

Commentaires [0]

Aucun commentaire pour le moment

Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Vous aimerez aussi

Presse-dz est le portail de la presse algérienne et de l'information en Algérie, avec une sélection des meilleures articles de la presse algérienne ainsi que les meilleures caricatures...

Caricatures

  • Commentaires

    • lem dit:

      Rectificatif du titre de l'article : Télévision publique : la boîte privée DE pouvoir... Lem...

    • lem dit:

      En effet, on ne sait pas si l'université se trouve sur une rive droite ou une rive gauche ; on sait seulement qu'elle va &a...

    Back to Top